Philosophes et voyous

Philosophes et voyous

Résumé

Une bonne partie de la dr™le de guerre, je lÕai passŽe dans un dŽp™t avec des rebuts de lÕarmŽe franaise : infirmes, invalides, incapables, communistes, anarchistes, oubliŽs, cinglŽs, ŽgarŽs. On y buvait beaucoup, du vin rouge principalement. (É) Que je fusse un intellectuel, cela stupŽfiait mes camarades. LÕun dÕeux me demande un jour ce que je faisais dans la vie ; embarrassŽ, je lui rŽponds : professeur (cÕŽtait pas vrai). De quoi ? De philosophie (pas vrai, non plus, mais enfin : jÕai un dipl™me). Ah ! ah ! Le camarade me toise avec sympathie et, se souvenant des bons kils de gros rouge que nous avions vidŽs ensemble, conclut : Ç CÕest vrai, je lÕavais toujours pensŽ que tu Žtais philosophe.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

  • EAN 9791091896160
  • Disponibilité Disponible
  • Nombre de pages 48 Pages
  • Longueur 15 cm
  • Largeur 10 cm
  • Épaisseur 1 cm
  • Poids 100 g
  • Distributeur Sillage

Raymond Queneau

Dès 1924, Raymond Queneau adhère au mouvement surréaliste, qu'il quittera en 1929 pour des raisons, affirmera-t-il, strictement personnelles. Il commence à s'intéresser aux fous littéraires, dont il compile les écrits. Il publie son premier livre 'Le Chiendent', et obtient le prix des Deux-Magots. A trente-trois ans, il devient, en tant que lecteur d'anglais, membre du comité de lecture des Editions Gallimard. 'Zazie dans le métro', son roman le plus connu paraît en 1959. Queneau y fait preuve d'un grand sens de l'humour et d'une inventivité formelle parfaite. Le livre sera adapté au cinéma par Louis Malle. Raymond Queneau est également le parrain du premier volume de la fameuse collection de la Pléiade.

empty